Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Le FIGARO. 15 juillet 2022

QUE le chef de l’État se voit plus en Vulcain qu’en Jupiter n’aura pas suffi à rassurer les oppositions. Certaines d’entre elles espéraient l’amorce d’un changement de comportement à leur égard, mais l’interview présidentielle du 14  Juillet les a laissées sur leur faim.

À droite, Les Républicains ont même jugé Emmanuel Macron dans « le déni », comme si lui et son gouvernement n’avaient pas compris la nature de la nouvelle donne parlementaire. « Il manquait l’essentiel à cette interview : la reconnaissance par Emmanuel Macron de ses erreurs et de ses échecs. Il a tordu la vérité pour les cacher, et les Français n’ont pas voté pour le “en même temps” comme il veut le faire croire », a réagi le président des sénateurs LR Bruno Retailleau, alors que le président de la République a renvoyé sur le dos des Républicains la responsabilité du blocage de certaines mesures liées au projet de loi sanitaire, en estimant que les députés LR auraient du mal à se justifier auprès de leurs électeurs.

« Non, Emmanuel Macron, le vote de la représentation nationale n’est jamais un “coup de chaud nocturne”, c’est la voix des Français dans leur diversité. Apprenez à l’entendre, apprenez ce “respect de chacun” auquel vous invitez », a ajouté Olivier Marleix. Pour le chef de file des députés LR à l’Assemblée, l’hôte de l’Élysée ne parvient pas se débarrasser de « relents d’arrogance » et tient des propos « méprisants » à l’égard des parlementaires. Crise de l’énergie, difficultés de l’hôpital, augmentation de la dette, dégradation des finances publiques… « Tout cela est à cause de lui et de personne d’autre. C’est son bilan ! », a fustigé Marleix.

Même déception à la tête des Républicains où, selon la présidente Annie Genevard, Emmanuel Macron « fait semblant d’ignorer » l’évolution des équilibres politiques à l’Assemblée. « Nous prenons acte du fait que le président de la République appelle à la recherche de compromis quand son gouvernement se montre incapable d’en trouver », a critiqué la députée du Doubs, en se disant également très prudente face aux réformes annoncées, sur les retraites et le travail. « Avec Emmanuel Macron, nous avons appris à juger sur pièce », a prévenu la parlementaire LR.

Parmi les autres oppositions à Emmanuel Macron, dont il a dénoncé « l’attelage baroque » lors de son entretien, les réactions ne se sont pas fait attendre. Pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, le « cap » d’Emmanuel Macron est « clair » et «sa main tendue ne (les) concerne pas ».

« Disque rayé » 

Même son de cloche chez le président du groupe socialiste à l’Assemblée, Boris Vallaud, qui voit dans le discours du chef de l’État « un disque rayé ou un aveu d’échec ». Pour Julien Bayou, coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale, en préférant être identifié à la figure de Vulcain, dieu romain de la forge, plutôt qu’à celle de Jupiter, Emmanuel Macron avoue qu’il ne peut « s’imaginer autrement que comme un dieu ».

Du côté du Rassemblement national, le discours du président de la République a également été reçu avec acrimonie. Pour le député RN de Moselle, Laurent Jacobelli, Emmanuel Macron «continue de s’entêter seul contre les Français avec la réforme des retraites et une politique d’austérité ». Le parlementaire lui reproche par ailleurs d’être « un président hors sol qui n’a rien compris ».

Publicité

Publié par q8a88naxen

Conseil en stratégie d’entreprise Coaching

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :